Psychologue Clinicien

Psychologue à Nantes : parcours et expérience

Psychologue Clinicien et Psychothérapeute sur Nantes disposant d’une importante expérience dans le champ médico-psychologique, Florent ALAIN vous accueille à son cabinet situé dans le quartier de la madeleine, à proximité du Lieu Unique et de la Cité des Congrès. 

Titulaire d’un master professionnel en psychologie, je suis diplômé de l’Université Haute-Bretagne de Rennes. J’ai élaboré ma pratique en exerçant dans différentes institutions médico-sociales et hospitalières pour adulte – CMP, CHS – , mais aussi auprès des enfants et des adolescents exprimant une souffrance à l’école (difficultés dans les apprentissages, haut potentiel intellectuel, ou troubles dans la relation aux autres).

Psychothérapie et psychanalyse : le temps d'une traversée

Je vous reçois dans le cadre d’une psychothérapie d’inspiration psychanalytique.

Il s’agit d’une thérapie par la parole qui se déploie dans un cadre confidentiel et non-jugeant. Cette aide consiste à faire advenir votre propre parole à partir de l’analyse de celles qui se sont déposées en vous et qui agissent à votre insu, parfois de manière imposante et symptomatique (dépression, anxiété, stress, addictions, troubles psychosomatiques, troubles du comportement et trouble de la personnalité, etc). Ce travail associe le jeu et le dessin concernant les enfants.

C’est donc une pratique qui s’intéresse aux ressorts inconscients des troubles d’une personne en s’appuyant sur l’élucidation de ses potentiels. Elle se nourrit des auteurs et des praticiens qui font de la psychanalyse une discipline vivante et inventive.

Vous trouverez mon cabinet dans le centre ville derrière l’allée de Baco, accessible pour les personnes à mobilité réduite. Il s’agit de l’Espace Thérapeutique Crucy, un lieu ressource pour trouver un psychologue à Nantes : des psychologues et neuropsychologues aux approches et compétences variées y exercent, ainsi qu’un ostéopathe.

Consulter un psychologue : de l'enfance à l'âge adulte

Rencontrer un psychologue

Il n’y a pas de motif illégitime pour consulter un psychologue, je reçois toute demande. Cela part du sentiment que quelque chose ne va pas et ne peut plus continuer ainsi, il s’agit de votre symptôme. Le problème peut être chronique ou plus momentané, en lien avec un état de crise, une impasse ou un deuil.

Une souffrance psychique occupe toujours la place d’une question, et ses formes d’expression sont très variées : une question enfouie dans un corps douloureux ou noyée dans une dépression, une question esquivée par des comportements obsessionnels (addictions, T.O.C., rituels), ou encore une question arrimée à l’autre (problème de couple, difficulté d’insertion sociale, agoraphobie, sentiment de persécution). Chaque demande est singulière et pour cette raison, un premier entretien permettra de définir ensemble la manière de procéder.

Si votre malêtre vous échappe, il renvoie néanmoins au plus intime de vous-même. Lire son symptôme grâce au soutien d’un professionnel vise à se délester de cette souffrance en vous offrant la possibilité de devenir plus vous.

Psychologue pour adolescents

L’adolescence est une expression si commune qu’on ne voit plus très bien la réalité qu’elle désigne. Si la période pubertaire qualifie les transformations du corps du garçon ou de la fille, elle ne dit pas grand chose des bouleversements psychiques que beaucoup de jeunes personnes éprouvent pourtant dans leur devenir homme ou leur devenir femme.
Ce passage de l’enfance au monde des adultes n’est pas sans péril pour un jeune individu. Mais c’est du même coup, la possibilité de devenir le personnage de sa propre histoire.

Un accompagnement psychologique peut être intéressant pour l’aider dans ce processus.

Psychologue pour enfants

Il est rare qu’un enfant demande spontanément à consulter un psychologue. Toutefois, il adresse par ses symptômes (toutes formes de troubles ou de difficultés qui l’empêchent de grandir sereinement) une question. Il importe en premier lieu que ses parents puissent s’y pencher afin de lui ouvrir la voie.

C’est pour cette raison qu’un premier temps est consacré aux parents afin que le travail puisse s’engager avec leur enfant.

Le travail avec l’enfant est aménagé à sa hauteur (par le jeu ou le dessin), afin qu’il puisse trouver une expression épanouissante à ses questions.

T 06 51 71 36 95

ou par email (veuillez utiliser le formulaire de contact ci-dessous)

Votre nom

Votre email

Votre message

Trouver le bon psychothérapeute ?

  • A quel psychothérapeute s'adresser ?

    Il existe dans le champ « psy » une large gamme de titres, statuts, qualifications et orientations, si bien qu’il peut paraître compliqué de trouver un psy qui corresponde à ses attentes. Voici quelques clés pour vous orienter  :

    • Un psychiatre est avant tout un médecin et à ce titre, il est le seul des psys à pouvoir prescrire des médicaments. Selon son obédience, il pourra exercer également comme psychothérapeute, psychanalyste ou comportementaliste.
    • Un psychologue est titulaire d’un master 2 de psychologie (ou DESS). Les psychologues cliniciens ont reçu une formation plus spécifique au soin psychique. Là encore, selon leur orientation, certains pratiquent la psychanalyse, d’autre la systémie dans le cadre d’une thérapie familiale, ou encore les thérapies cognitives et comportementales.
    • Un neuropsychologue est un psychologue spécialisé en neurologie. Il se réfère à la neurologie et aux sciences cognitives pour aider des sujets cérébro-lésés ou souffrant d’un dysfonctionnement cognitif acquis par leur développement, à compenser leurs difficultés.
    • Un psychanalyste n’est pas obligatoirement diplômé en psychologie ou en psychiatrie (même si les psychanalystes sont dans la grande majorité des cas soit psychologue, soit psychiatre). La condition pour être psychanalyste, c’est d’abord d’avoir fait une analyse. Ce travail personnel s’accompagne d’études dans les différents champs qui nourrissent leur pratique : la théorie psychanalytique, la philosophie, la sociologie, les arts, etc.
    • Le titre de psychothérapeute n’est pas lié à un diplôme universitaire. Il est employé par des thérapeutes qui par leur parcours personnel et professionnel se sont intéressés à la psychologie et aux différentes techniques afférentes afin de pouvoir exercer. Certains psychiatres ou psychologues adjoignent cette qualification à leurs fonctions pour mieux souligner qu’ils pratiquent la psychothérapie.
  • Vers quelle psychothérapie s'orienter ?

    Il n’y a pas de symptômes, de troubles, ou encore de souffrances qui seraient, par nature, voués à être traités par une thérapie plutôt que par une autre. Cela implique un choix de la part des personnes qui souhaitent faire un travail sur elles. On peut distinguer quatre grandes sensibilités qui en fonction  du thérapeute, seront diversement présentes dans votre travail thérapeutique : la médication, la parole, la cognition et l’empathie. Voici un descriptif des principales familles de thérapies psychologiques :

    • les thérapies psychanalytiques : ce sont des thérapies par la parole, dont l’écoute est centrale. Elle se caractérise par l’absence de jugement et sa grande attention portée à vos mots. Si chaque vocable de votre langue compte, c’est que l’inconscient s’y manifeste indifféremment. Il existe différents courants psychanalytiques fondés sur les mouvements de ses principaux théoriciens, qui font un usage distinct de l’empathie : Freud, Jung, Klein, Winnicott, Lacan, etc. Une thérapie psychanalytique, ce n’est pas forcément une longue cure analytique : cela peut être un travail très passager, un franchissement, un temps pour passer à autre chose, qui consiste d’abord en une façon de recevoir votre demande et de faire avec « votre symptôme. Si celui-ci est parasitaire, embarrassant et douloureux, il comporte cependant quelque chose d’intime qu’il faut pouvoir accueillir car il s’y joue un devenir essentiel pour vous-même.
    • les thérapies cognitives et comportementales : ces thérapies travaillent d’abord sur la face visible de votre symptôme, celle qui se manifeste à l’autre, afin de la faire disparaître ou de l’atténuer. Elles s’appuient sur la cognition, c’est-à-dire les croyances et les pensées négatives que le sujet déforment malgré-lui en provocant sa propre souffrance. Inscrite dans la famille des thérapies brèves, cette aide consiste en une implication active du thérapeute pour corriger le symptôme de son patient par l’apprentissage de nouveaux comportements.
    • les thérapies systémiques : la thérapie systémique cherche à aborder la personne dans une compréhension globale portant sur les interactions de groupes et les caractéristiques du système dans lequel elle vit. Ces thérapies examinent les troubles psychologiques et comportementaux du membre d’un groupe comme un symptôme du dysfonctionnement du dit groupe. Ces thérapies incluent généralement l’ensemble de la famille au processus thérapeutique.
  • L'Espace Thérapeutique Crucy

Vos questions sur la psychologie

738_gettyimages-501927692
Découvrir la psychanalyse

Lien émission LSD : « pourquoi s’allonger sur le divan ? »   Il serait hasardeux d’expliquer en quoi consiste l’expérience de la psychanalyse. Un propos généralisant échouerait à en rendre compte puisqu’il s’agit à chaque fois d’un cheminement radicalement singulier. Du reste, cette aventure concerne aussi bien le psychanalyste que l’analysant. Pour permettre cependant d’en apercevoir…

read more